La DT 50 est un cyclomoteur proposé au catalogue du constructeur japonnais Yamaha depuis la fin des années 80.

Modèle phare de la marque, elle a été déclinée en plusieurs versions et a subi plusieurs évolutions au cours de sa carrière. Voici son histoire.

Historique de la Yamaha DT 50

1978 : naissance de la DT 50

La Yamaha dt 50 M voit le jour en 1978. Avec son esthétique proche de celle de sa grande sœur la DT 125 MX, son cadre tubulaire, son moteur 2 temps et sa boîte de vitesses manuelle à 4 rapports elle rencontre un grand succès dès son lancement en France auprès de adolescents sont séduits par le look, la facilité de conduite et les réelles aptitudes tout-terrain de la « tasse », terme désignant les 50 cm³ de cette époque ; près de 10 600 machines vendues la première année et plus de 15 000 l’année suivante.

DT 50 M de 1979

Une belle carrière lui était donc prédestinée jusqu’à ce qu’un décret interdisant la boîte de vitesses pour cette cylindrée freine radicalement les ventes en 1980.

1980 : la DT 50 s’équipe d’une boite automatique

Yamaha réagit et propose ainsi une déclinaison automatique de la DT 50 M pour le marché français fabriquée par l’usine Motobécane.

Nommée DT 50 R, elle est dotée d’une transmission à double variateur et d’un embrayage centrifuge similaire aux scooters. La version manuelle, passée à 5 rapports, ne sera pas importée en France.

DT 50 M de 1980

1983 : modernisation de la DT 50

En 1983, l’obligation des pédales disparaît. Yamaha en profite pour moderniser la DT qui adoptera une suspension arrière mono-amortisseur.

L’allumage à rupteur sera, quant à lui, remplacé en 1985 par un modèle électronique à CDI bridé afin de ne pas dépasser la vitesse maximum autorisée pour un cyclomoteur.

DT 50 MX de 1986

En 1988, les designers nippons restylent la DT qui troque son traditionnel phare rond contre un modèle carré caréné.

1991 : la DT 50 automatique cesse d’être produite

Après avoir séduit plus de 70 000 jeunes français, la DT 50 à variateur disparaît du catalogue Yamaha.

Aujourd’hui, ce modèle spécifique, tout comme le modèle à boite manuelle non importé en France, sont recherchés par les collectionneurs et très appréciés des jeunes qui circulent quotidiennement avec au Portugal et dans les DOM TOM (en particulier à la Réunion).

DT 50 de 1988

1996 : réintroduction de la DT 50 à vitesses en France

En 1996, les boites manuelles sont de nouveau autorisées sur les cyclomoteurs français. Le constructeur japonnais propose ainsi de nouveau la DT 50 équipée d’un moteur Yamaha dans son catalogue. MBK, filiale du groupe Yamaha, propose la DT sous l’appellation X-Limit.

1998 : apparition du moteur AM6 à 6 vitesses

En 1998, Yamaha choisit d’équiper la DT 50 du performant moteur AM6 à 6 vitesses fabriqué par la firme italienne Motori Minarelli. La DT se décline alors en version enduro et supermotard.

DT 50 endureo de 2001

2003 : nouveau châssis renforcé

La dernière génération de Yamaha DT 50, DT 50 R (enduro) et a DT 50 X (supermotard), proposée de 2003 à 2011, a été construite autour d’un cadre renforcé de type périmétrique.

En 2011, face aux nouvelles normes anti pollution qui impose d’importants investissements, le constructeur Yamaha décide de stopper la production de ce 50 à boîte. 2011 sera ainsi la dernière année ou la DT 50 apparaîtra au catalogue de la marque.

DT 50 R de 2010

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES DE LA DT 50 X